I  propos des sites de rencontre, le pic d’attractivite des jeunes filles a 18 annees, celui des hommes, a 50 annees

Billet de blog

Une etude americaine sur la seduction sur internet conclut que nous convoitons des gens au potentiel d’attractivite superieur au notre.

  • Partage
  • Partage desactive Partage desactive
  • Partage desactive Envoyer par e-mail
  • Partage desactive Partage desactive
  • Partage desactive Partage desactive

« J’ai courbe d’attractivite des jeunes filles baisse de facon abrupte des qu’elles depassent des 18 ans. » EVA HAMBACH/AFP

C a n’est nullement une nouveaute, les sites de rencontre paraissent De surcroit et puis populaires : en France, en 2016, pres d’une personne sur 5 s’etait deja inscrite concernant l’un d’eux, d’apres votre sondage BVA concernant le Parisien Magazine. Ils paraissent aussi devenus le troisieme possible le plus efficace Afin de former des couples aux Etats-Unis, derriere nos soirees en famille et les bars.

Notre seduction avec ecrans interposes demeure malgre tout tres differente d’la drague « IRL » (« in real life »), dans la vraie vie. Elizabeth Bruch et Mark Newman, 2 chercheurs americains de l’universite du Michigan, ont etudie nos comportements i  propos des sites de rencontre et seront parvenus a plusieurs conclusions : nous convoitons souvent des personnes au potentiel d’attractivite statistiquement superieur au notre, ainsi, l’ecart d’age entre les femmes et les hommes les plus convoites reste bien bonnement vertigineux.

Le critere du nombre de messages

Pour mener a bien leur etude, des deux chercheurs ont eu acces aux informations d’un site de rencontre tres populaire aux Etats-Unis pendant le mois de janvier 2014, « une occasion sans precedent d’analyser la seduction a l’echelle d’un pays tout entier », ecrivent-ils en introduction. Ils ont ainsi pu examiner un echantillon de deux cent mille Americains heterosexuels, de chacune des categories sociales et de toutes les regions du pays.

Premiere difficulte : trouver un moyen de quantifier l’attractivite d’une personne autrement que par des criteres subjectifs comme la beaute physique. Buch et Newman ont donc retenu comme critere le nombre de messages recus avec un individu, car « le message reste le premier contact entre 2 individus dans un site de rencontre, c’est donc cela indique le plus fidelement l’attirance d’un parti pour l’autre ».

En se fondant sur le nombre total de messages recus pendant 1 mois, les chercheurs ont modelise des « pics d’attractivite », c’est-a-dire les types de profil nos plus attirants pour ces dames et pour les hommes. Il en ressort que, statistiquement, les hommes gagnent en attractivite avec l’age, avec un apogee aux alentours de 50 annees. A l’inverse, l’attractivite des dames atteint le paroxysme a l’age de 18 annees, avant de decliner annee apres annee.

« Ces resultats nous ont vraiment surpris, a declare Elizabeth Bruch au New York Times, surtout le fait de voir que la courbe d’attractivite des femmes baisse de facon si abrupte des qu’elles depassent les 18 annees. » Cette mode avait deja ete observee en 2010 avec OkCupid, un blog de rencontre reellement populaire aux Etats-Unis : des hommes entre 22 et 30 annees cherchent presque exclusivement des dames plus jeunes qu’eux.

Ethnicite et niveau d’etudes

L’age n’est cependant jamais le seul critere determinant de l’attractivite. L’etude cite egalement l’ethnicite. Les femmes asiatiques et originaires d’Amerique latine seraient ainsi celles qui plaisent le plus a toutes les hommes, tandis que des hommes blancs et noirs seront consideres comme des plus attirants pour ces dames. Le niveau d’etude reste egalement 1 critere essentiel, et tres polarise. Pour les femmes, la licence est le diplome le plus apprecie, des diplomes superieurs etant moins prises. A l’inverse, plus des hommes sont diplomes, plus ils paraissent attrayants.

Autre trouvaille de l’etude : nous aurions l’ensemble de tendance a parler a toutes les gens statistiquement plus attirants que nous, alors que nous delaissons de maniere systematique ceux que nous jugeons moins bien lotis que nous. L’etude reste claire : « les individus tentent en majorite de seduire des personnes “trop bien pour eux”, exactement entre 23 % et 26 % plus attractifs. » Un abus d’optimisme ?

« On constate du reste que Notre pratique reste tres generalisee, si bien que les utilisateurs n’ecrivent quasiment qu’a des gens plus placees qu’eux sur l’echelle de l’attirance. Cette strategie reste tres differente de celle que les mecs adoptent quand ils doivent chercher une universite », expliquent l’etude. Comprendre : si, en preparant ces etudes sur Parcoursup, Harvard reste ce premier v?u, vous avez quand aussi surement enfile l’universite de Saint-Pierre-et-Miquelon en soir arablounge choix, au cas ou. En amour, inversement, les soupirants ne demarchent souvent que des profils statistiquement « trop beaucoup » Afin de eux.

L’etude montre enfin que plus l’ecart d’attractivite entre deux gens est important, moins il y a de chance afin que l’utilisateur ayant fera le premier pas recoive une reponse. Cela ne faut cependant gui?re perdre espoir : « Attirer l’attention d’une personne “trop bien pour nous” est pleinement possible. Mes chances d’avoir une reponse paraissent peut-etre faibles, mais elles existent. » Une reformulation scientifique de l’adage en fonction de lequel « l’amour est aveugle ».

Voir des contributions

  • Partage
  • Partage desactive Partage desactive
  • Partage desactive Envoyer via e-mail
  • Partage desactive Partage desactive
  • Partage desactive Partage desactive